[Roman #5] Des souris et des hommes – John Steinbeck (1937)

* Présentation *

Comme j’ai décidé d’essayer de me mettre à jour dans les classiques, et que ce roman de Steinbeck était dans la bibliothèque de ma mère, je me suis dis pourquoi pas.

 

Des souris et des hommesOf Mice and Men
Auteur : John Steinbeck – Traduction : Maurice-Edgar Coindreau
Couverture :
Éditions Folio – 1998, 189 pages.

Dans la bibliothèque de ma mère – Première lecture
Ma note : – Pas mal

 

Résumé : Lennie serra les doigts, se cramponna aux cheveux.
– Lâche-moi, cria-t-elle. Mais lâche-moi donc. Lennie était affolé. Son visage se contractait. Elle se mit à hurler et, de l’autre main, il lui couvrit la bouche et le nez. – Non, j’vous en prie, supplia-t-il. Oh, j’vous en prie, ne faites pas ça. George se fâcherait. Elle se débattait vigoureusement sous ses mains… – Oh, je vous en prie, ne faites pas ça, supplia-t-il. George va dire que j’ai encore fait quelque chose de mal.
Il m’laissera pas soigner les lapins.

« A quelques milles au sud de Soledad, la Salinas descend tout contre le flanc de la colline et coule, profonde et verte. »

 

* Mon avis *

C’est un roman court, qui se lit très rapidement. D’autant plus rapidement qu’il ne présente pratiquement que des dialogues (en tout cas, beaucoup).

C’est une histoire sur une belle amitié et elle nous montre les sacrifices que nous sommes parfois obligés de faire pour ceux que l’on aime. Car oui, c’est de l’amour (fraternel) qui existe entre Georges et Lennie. Georges le cache sous son air bourru, mais c’est un cœur tendre comme ce grand dadais de Lennie, auquel je me suis vite attachée à Lennie. Le rêve qu’il partage avec Georges (car oui, Georges aimerait bien y croire aussi), m’a tout de suite parlé. Avoir son terrain à soi, pour travailler pour soi, sans avoir de compte à rendre à personne, qui ne rêve pas de ça ?

J’ai lu leur aventure avec plaisir, mais j’ai vu la fin à quinze milles kilomètres, et je la trouve même inévitable. Dans les derniers chapitres, Steinbeck reste distant, ils sont décrits comme avec pudeur, mais très bien rendu et avec des mots justes, j’y ai été très sensible. Je trouve que c’est la plus belle preuve d’amour que Georges ait fait à Lennie. L’auteur à su, en peu de page, nous faire comprendre que c’était peut-être la seule solution pour Lennie, personne inadaptée à son époque.

~~

Les + :
La justesse des mots, qui colle très bien à la situation et aux personnages
Le rêve

Les – :
Les personnages secondaires qui font presque trop « cliché »
Le peu de pages pour parler d’un si beau sujet

~~

Malgré tout, je ne vois pas pourquoi tout le monde cri au chef d’œuvre. Oui il est bien, mais je le trouve un peu court pour le placer parmi « mes » chefs d’œuvre. Cela m’a malgré tout donné envie de mieux connaître l’auteur, dont d’autres romans sont célèbres (tel Les raisins de la colère).  Et je regarderai peut-être le film qui adapte ce roman à l’écran.

 

* Blabla supplémentaire *

Les avis de Bambi_slaughter, Wal‘, Nelfe.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :