[Roman #36] Martyrs, Livre I – Olivier Péru

Dans ma bibliothèque – Première lecture
Ma note : coeur_pleincoeur_pleincoeur_pleincoeur_pleincoeur_moitie

                  

4è de couverture

                

[mantra-multi][mantra-column width= »1/1″]

Editions J’ai Lu – 2013 – 694 pages

                      

Irmine et Helbrand, deux frères assassins descendant d’un ancien peuple guerrier, vivent dans les ombres de la plus grande cité du royaume de Palerkan. Alors qu’ils se croient à l’abri des persécutions dont ont souffert leurs ancêtres, leur passé sanglant les rattrape, sous les traits d’un borgne qui semble nourrir pour eux de sombres projets. Et tandis que la guerre menace d’embraser le monde, que les puissants tissent de noires alliances, ils vont devoir choisir un camp. Leur martyre ne fait que commencer… [/mantra-column] [/mantra-multi]

               

Première phrase

                  

« L’assassin souriait. »

                   

Mon avis

                    

J’avais super adoré Druide (clic). J’ai vu l’enthousiasme pour ce premier tome parmi les lecteurs que j’aime bien suivre. Ni une ni deux, pif paf pouf, je l’ai lu.

Encore une fois, Oliviers Péru nous livre un univers très constuit et une intrigue rondement menée qui pour moi se divise en 3 parties : une première, introductive et un chouilla molle sur les 100 premières pages, une deuxième avec intrigues et placement de pions (de batallion) quelques bonnes scènes de combats haletantes, et une troisième partie présentant une fin époustouflante et bluffante à vous retourner le cerveau.

Déjà, dès le départ, je me suis dit « Les yeux dorés ! Encore eux ! ». Ils m’avaient bien marqué dans Druide, et je les retrouve, autrement bien sûr, dans Martyrs. A croire que c’est une obsession chez Olivier Péru ?! Suite à plusieurs rencontres (2 en fait) avec l’auteur, je sais qu’il y a plus ou moins un lien entre les yeux d’or des deux romans. Mais c’est tout.

La Fantasy est présente grace aux fantômes qui peuvent à peu près interagir avec les vivantsaux, et aux Arserkers, fière peuple guerrier aux pouvoirs légendaires. En plus, à l’atmosphère de guerre qui couve, d’intrigue de cour, de lutte de pouvoir s’ajoute une pointe de… ah non, je ne peux pas le dire, ça gacherait tout l’effet. Mais franchement, la fin vaut le coup.

Péru, dans un univers certes classique de Fantasy, nous fourni une belles brochettes de personnages : des nobles manipulateurs, des assassins fin de race vivant dans l’ombre, un homme mystérieux omniscient, une princesse en détresse, des rebelles près à tout pour reprendre leur liberté. Tout le monde est là. Outre le classicisme, l’univers, avec son histoire, ses religions, ses traditions et ses légendes est tout aussi tangible que les personnages, ni bons ni mauvais, et ayant une profondeur d’âme.

Par exemple, les ados Irmine et Kassis, se comportent bien comme des ados, pas toujours de façon très intelligente, même si de par leur expérience ils sont un peu plus matûres. Je dis ça parce que j’avais entendu que le côté fleur bleue de la relation était un peu too much. Mais ils ont 17 ans ! C’est leur premier amour en plus ! Qui n’est pas gnian gnian dans ce cas là ? Non, je trouve que même ce côté imbécile dans leur réaction est parfait, ça les rend plus vrai.

Mon chouchou, ça a été le roi. Ouai carrément. Le gros (dans tout les sens du terme) manipulateur, égoïste et mal dans sa peau. Et chouchou numéro 2 c’est le chef des rebelles, intelligent et désespéré. Et il y a aussi eu la vieille qui aide les deux frères (zut, je ne sais plus comment elle s’appelle), j’espère qu’elle sera bien présente dans le 2è tome.

Côté intrigue, nous ne sommes pas en reste. Les destins des personnages s’entrecroisent, le jeu de batallion fait rage entre le roi et les rebelles, et nos deux frères et la princesse se retrouvent un peu malgré eux au milieu de tout (aussi bien géographiquement que stratégiquement). Je dénombre au moins 5 grands joueurs stratégiques, que je n’ennumère pas pour ne pas spoiler.

La stratégie est au coeur de tout, et elle est finement menée par plusieurs personnages, plus ou moins dans l’ombre. Et cet emmêlement d’intérêts et de vengeances nous emporte, nous fait tourner les pages, nous fait tourner les méninges. Certaines ficelles sont grosses (qui est l’élu qui doit épouser Kassis), d’autres sont tout bonnement imprévisibles. Ce qui nous amène à une fin qui vous explose la cervelle. La petite « pointe de » de tout à l’heure se faufile et vous laisse sur le cul. Et là, 10 000 questions vous assaillent, vous repassez tout en revu depuis le début, vous comprenez certaines choses sous un autre angle, mais en fait, c’est la fin.

Voilà, c’est l’effet Olivier Péru. Vous êtes prévenu.

                  

barre_9

                   

Les + :
Un univers fouillé, qui donne envie d’en savoir plus
Des personnages attachant
La fin, LA FIN mes aïlleux !! *mind blowing*

Les – :
Un début un peu longuet

              

barre_9

                  

Ce fut une lecture très prenante une fois passé les 100 premières pages, avec des actions et des révélations en pagaille. Mon barbu peut en témoigner, j’ai laissé échapper quelques « Putaiiin ! » désepérés, rageux ou interloqués durant ma lecture. Olivier Péru confirme avec ce roman qu’il sait nous plonger corps et âme dans ses intrigues et qu’il aime les fins en apothéose.

               

Blabla supplémentaire

                    

Martyrs, Livre I est le premier tome d’une trilogie !

Martyrs, Livre II
Martyrs, Livre III

                         

Vous pouvez aussi lire les avis de Blackwolf, PtiteTrolle, Phooka, Dup, Sita, et Xapur.

Logo Livraddict

CITRIQ

             

Pour l’annecdote, après une tentative ratée de faire dédicacer mon bouquin lors de la soirée Rencontre de l’Imaginaire aux Caves Alliées (mais j’avais eu  le plaisir de renconter Sita et l’occasion de discuter avec Audrey, la compagne d’Olivier), j’ai retenter ma chance aux Futuriales. Et en fait j’ai bien fait car il n’y a pas trop de monde. Je n’ai donc pas trop patienté pour avoir ma dédicace (pas de stylo doré pour les yeux ? Balors…) et j’ai pu échanger 2-3 mots avec Olivier Péru qui est quelqu’un de vraiment très à l’écoute.

                          

Et cela fait une série de plus de commencée pour le challenge Fin de série...

Et je vous le donne en mille, cela fait une série de plus de commencée pour le challenge Fin de série…

 

Comme me l’a fait judicieusement remarqué Vert, encore une victoire de canard une participation au challenge MSoL

 

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. BlackWolf dit :

    Un très bon roman de Olivier Peru, j’attends la suite avec impatience. Content qu’il t’ait plu.

  2. Xapur dit :

    C’est sûr que les 100 dernières pages sont terribles :)

  3. Lorhkan dit :

    Ça fait un bout de temps que je me dis de l’acheter, à chaque nouvelle critique que je vois (toujours de nonnes critiques en plus !).
    Bientôt, bientôt… ;)

  4. Sita dit :

    ça va, tu ne l’auras pas fait traîner trop longtemps ;)
    Je faisais partie de ceux qui ronchonnaient sur la mièvrerie, mais après en avoir discuté, c’est vrai que bon, ça fait partie de l’authenticité des personnages que Peru a réussi à développer pour chacun d’entre eux. Mais grmbl quand même, c’était sacrément nunuche :p

    Vivement la suite !

  5. Vert dit :

    Tu sais que si histoire d’amour il y a, ça peut compter pour mon challenge ? ^^

  1. 3 septembre 2013

    […] D’autres avis sont à lire chez : Blackwolf – Book en Stock – Iluze – Gromovar – Jae_Lou […]

  2. 13 mars 2015

    […] Les lectures de Xapur, Lis tes ratures (Lyra Sullyvan), Mes imaginaires (Sandrine BM), Rêve Général (J.a.e._Lou), Sorcelleries (Sita) se demandent aussi s’ils auraient fait de bons […]

  3. 16 mars 2015

    […] avis sont à lire chez : Blackwolf – Book en Stock – Iluze – Gromovar – Jae_Lou – Acr0 – […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :