[Roman #40] Le cycle d’Ender, tome 01 : La stratégie Ender – Orson Scott Card

* Présentation *

 

Avec un film en approche, et en plus le cycle dans le challenge SFFF, cet été j’ai lu La stratégie Ender avec intérêt. L’était censé faire partie du challenge SSW mais vu mon efficacité en rédaction de chronique…

Titre original : Ender Wiggins, book 1 : Ender’s Game
Saga : tome 1/4
Traduction par Daniel Lemoine et illustration de couverture de Jean-Michel Ponzio
Editions J’ai Lu
Dans ma bibliothèque – Première lecture
Ma note : coeur_pleincoeur_pleincoeur_pleincoeur_pleincoeur_vide

 

* Résumé *

 

[mantra-multi][mantra-column width= »1/1″]

Editions J’ai Lu – 2001 – 382 pages

 
Il y a cinquante ans, la flotte terrienne a réussi à repousser l’attaque des doryphores… Aujourd’hui pourtant, une nouvelle invasion menace.

Un programme militaire pour la formation des futurs commandants de la flotte est en cours, mais le temps est compté. Parmi les élèves-officiers — tous des surdoués —, Andrew Wiggin, dit Ender, focalise toutes les attentions. Appelé à devenir un puissant Stratège, il est le jouet des manipulations de ses supérieurs depuis sa naissance… et cela le dépasse.
Car c’est entre ses mains que repose le sort de l’humanité.
Et Ender n’a que six ans. [/mantra-column] [/mantra-multi]

 

* Mon avis *

 

C’est un roman très prenant qui expose l’histoire d’un enfant (surdoué) sur qui repose l’avenir de l’humanité. Il n’y a finalement pas beaucoup d’action dans le récit, on suit surtout l’éducation d’Ender et comment il est manipulé (depuis son plus jeune âge) pour arriver à donner le meilleur de lui même. C’est un personnage très attachant, qui subit un traitement assez rude, surtout pour son âge, à la limite du supportable. Ses sentiments sont extrêment bien rendus, et c’est parfois à pierre fendre.

La description de ses (rares) relations avec les autres, même avec sa famille plante très bien la psychologie du personnage et il nous impressionne quand il trouve des solutions à la pression qui lui est faite. Les descriptions des combats en apesenteurs sont bien sympas.

A chaque début de chapitre, s’insert un dialogue en italique, entre 2 personnages non identifiés, qui permet une analyse plus fine de ce qu’il se passe, qui nous met un peu dans la confidence en dévoilant certaines choses mais sans trop en dévoiler non plus car ces détails ne trouvent leur signification qu’une fois le chapitre terminé. J’ai bien aimé cette façon de faire avancer l’intrigue.

Quelques chapitre se concentrent sur le frère et la soeur d’Ender, Peter et Valentine, qui sont eux aussi surdoués, mais interviennent au sol dans la politique et les médias. Ils ont une grande influence sur Ender (beaucoup plus que les parents qui sont quasi inexistant) même quand il n’est plus en contact avec eux.

Le gros retournement de situation à la fin, que pour le coup je n’ai pas vu venir est surprenant et je me suis bien fait avoir. A sa suite, le dernier chapitre est un peu bizarre, le ton change totalement, peut-être est-ce pour introduire le tome suivant mais je n’en suis pas certaine.

Il y a un peu de morale sur les bords, un peu inévitable quand on écrit un livre sur la guerre avec des enfants soldats et dont le but est l’extermination d’une race. Pour moi il y a aussi une remise en cause de l’éducation et une critique de l’élitisme et également une autre des médias avec la manipulation de l’opinion et l’anonymat des réseaux. Mais je ne pousserais pas plus avant l’analyse, car elle reste personnelle et je laisse à chacun le plaisir d’interpréter comme il l’entend ce roman devenu un classique de la Science-Fiction.

 

barre_9 

Les + :

Malgré ses 28 ans (très bel âge), la technologie est à la pointe de la modernité : ils ont déjà leurs tablettes personnelles (les « bureaux ») et un réseau social internet ultra développé !

Les – :

S’il n’y avait pas quelques rappels de la part de l’auteur, on en oublirait qu’Ender et ses comparses ne sont que des enfants.

 

barre_9

 

Je lirai la suite par curiosité même si ce tome 01 se suffit à lui même. J’ai eu quand même une impression de déjà lu pendant un bon moment durant ma lecture, alors que je savais que je ne l’ai jamais lu. Après une mini recherche, paraîtrait qu’il y ait une ressemblance avec Straship Troopers. J’avais beaucoup aimé le film (que j’aimerais revoir d’ailleurs), et vu que j’ai prévu de lire Etoiles, gardes à vous ! de Heinlein, je jujerai donc par moi même.

 

* Balbla supplémentaire *

 

Retrouvez les avis de MarieJuliet, Petite Trolle, Xap’, Vert, Lhisbei, Olya et Lorhkan.

 

rangtolkienLecture 23/89 partie SF du Challenge SFFF et 29/129 total

 

Lecture 11/20 pour le baby challenge SF

 

Et une nouvelle série pour le Challenge Fin de série… T__T

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Doris dit :

    Je l’ai justement commencé hier ! Une bonne centaine de pages lues. Ca se lit sans peine.
    En effet l’éducation d’Ender est rude… et même à la limite (ou au-delà) de l’éthique morale. Faire cela aujourd’hui serait impensable.

  2. Mariejuliet dit :

    On se rejoint pas mal sur le ressenti. Eh eh tu n’avais vu venir le cruc :D

  3. Vert dit :

    Tu peux lire le tome 2 qui est très intéressant également (sur la question de l’Autre). Par contre les autres suites sont oubliables (j’ai jeté l’éponge à la fin du 3 sans regret)

  4. Escrocgriffe dit :

    Il faut absolument que je le lise avant d’aller voir le film, c’est un monument de la littérature SF… (j’ai honte…).

  5. totorotsukino dit :

    j’ai beaucoup aimé cette lecture! j’ai trouvé l’intrigue très fine!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :