[Cumulus Novellus #2] 5 nouvelles depuis les Cyclades

cumulus_novellusRubrique à constance variable :], Cumulus novellus vous présente de courts avis, selon mon bon plaisir, lorsque je lis des nouvelles (ou novellas) à l’unité. Lancée par ma participation au challenge Je lis des nouvelles et novella de Lune, j’espère garder cette habitude bien sympathique.
Pour ce deuxième numéro, 5 nouvelles lues lors de mon périple (maritime) dans les Cyclades (d’où le titre, trop fort non ?)

          

* Mes (courts) avis *

       

Celui qui bave et qui glougloute de Roland C. Wagner
Édition ActuSF – Ma note : coeur_pleincoeur_pleincoeur_pleincoeur_moitiecoeur_vide

1890, dans l’Ouest américain. Les Indiens, soutenus par des alliés invincibles, mènent des combats d’une force insoupçonnée et refoulent, pour la première fois, l’armée vers l’est. La rumeur tend à justifier ce revirement : leurs alliés seraient-ils des esprits démoniaques ? Des monstres venus d’une autre planète ? Kit Carson — chasseur de prime — , le professeur Lévêque et le séduisant détective Nat Pinkerton forment l’équipe intrépide qui dénouera la vérité dans une quête périlleuse à travers le mythique Far West et ses légendes : Calamity Jane, Jesse James, les Dalton.
Une touche de western qui m’a grave fait penser à Cowboys vs Aliens. Une bonne ambiance, un brin de délire, un bon rythme et une bonne chute. Pis en plus, y’a un peu de Lovecraft dedans. Il ne m’en a pas fallut plus pour passer un bon moment. Cela me rassure sur l’auteur qui me fait un peu peur (je vais pouvoir le sortir de ma PAL maintenant :]).

       

Terrien, prends garde ! de Poul Anderson
Éditions Le Belial – Ma note : coeur_pleincoeur_pleincoeur_pleincoeur_videcoeur_vide

Joel Weatherfield est un génie, un véritable prodige, télépathe même. Un surhomme, presque. Le voilà cependant à vivre, tel un homme des bois, au fin fond des forêts de l’Alaska, loin du reste de l’humanité. Pour trouver un moyen de contacter les siens. Car Joel Weatherfield n’est pas exactement humain…
Un texte sympa, quoi qu’un peu classique à mon goût. Mais j’ai bien aimé comment l’auteur a campé son personnage, je trouve qu’on se le représente très bien. Le rythme est bon et la chute plaisante, tout ce que je demande à une nouvelle :)

          

Je ne suis pas une légende de Catherine Dufour
Éditions Le Belial – Ma note : coeur_pleincoeur_pleincoeur_moitiecoeur_videcoeur_vide

A L’EPOQUE OU MALO rencontra son premier vampire, il frôlait la dépression. Après deux ans de bons et loyaux services en tant que Life Time Value Manager chez Johnson & Johnson, une persistante absence de cravate doublée d’une regrettable propension à quitter le bureau en sifflotant sitôt son travail bouclé lui avait valu une mise au placard définitive. Dans les premières semaines de sa relégation, il essaya d’inverser la vapeur : il mit une cravate noire imprimée de petits ours rouges et passa de longues heures supplémentaires près de la machine à café. Peine perdue. Il était trop tard. Beaucoup trop tard.
Je n’ai pas du tout réussi à rentrer dans ce récit, qui pourtant propose une bonne idée (et garde le même esprit que le roman quasi éponyme auquel il fait référence pour la fin et ça c’est bien). Je crois que l’ambiance ne m’a pas convaincu, et je n’ai pas accriché au personnage.

         

Drame de Troll de Terry Pratchett
Édition L’Atalante – Ma note : coeur_pleincoeur_pleincoeur_moitiecoeur_videcoeur_vide

Le bon vieux temps… Tout était mieux autrefois, les hivers étaient plus froids, les forêts, plus lugubres, les gobelins, plus hargneux, les trolls, plus sanguinaires et sur les ponts. Le progrès est définitivement une mauvaise chose pour Cohen le barbare. Pris d’un élan nostalgique, il chevauche vers un pont, bien décidé à massacrer du troll, comme dans le bon vieux temps !
Je suis un peu déçue par cette nouvelle, car j’aime bien Pratchett habituellement. Là, je n’ai pas retrouvé la fougue et l’humour de ses romans. Un peu trop nostalgique ce Cohen le barbare. Et le rythme n’y était pas, je me suis un peu ennuyée.

          

Éthologie du tigre de Thomas Day
Édition Le Belial – Ma note : coeur_pleincoeur_pleincoeur_pleincoeur_moitiecoeur_vide

Des années plus tôt, Shepard a été défiguré par les griffes d’un tigre. Mais plutôt que d’en vouloir à l’animal, il a décidé de protéger, coûte que coûte, ce qu’il considère comme la plus créature sur Terre. Lorsque trois têtes de bébés tigres sont retrouvées au Cambodge, on fait appel à Shepard en tant que consultant. Une tigresse rôde-t-elle dans ce pays ? S’agit-il du fauve des légendes, nommé Burma ?
J’ai été assez séduite par ce texte de Thomas Day, ce qui m’a donné envie de découvrir un peu plus cet auteur. J’ai beaucoup aimé l’ambiance, le ton est très bien donné et l’intrigue bien amenée. La petite touche écolo y est peut-être un peu pour quelque chose (on ne se refait pas).

       

* Blabla supplémentaire *

L’avis de Tigger Lilly et celui AcrO pour le RCW
L’avis de Doris pour Je ne suis pas une légende

           

logo4Eeeeeeeeet 6è participation au JLNN !! Youhou !

             

challenge-francofou-253è participation au Francofou avec les auteurs français évidemment

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Acr0 dit :

    C’est chouette que Celui qui bave et qui glougloute t’a permis d’enlever un « verrou » concernant les écrits de RCW :)
    Ouh, la belle couverture de l’éthologie du tigre !

  2. Lune dit :

    Merci de ta participation au challenge ;-)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :