[Roman #80] Le protectorat de l’ombrelle, tome 05 : Sans âge – Gail Carriger (2013)

* Présentation *

Dernier tome de la série coup de cœur, je l’attendais, pressée mais aussi inquiète. Comment allait s’en sortir Gail Carriger pour boucler cette pétulante aventure ? Attention, si vous n’avez pas lu les autres tomes, GROS SPOILERS en vue !

 

Sans âge (Timeless)
5è tome du cycle du Protectorat de l’ombrelle (5 tomes, terminé).
[Tome 01] [Tome 02] [Tome 03] [Tome 04]
De Gail CARRIGER traduit par Sylvie DENIS
Parut aux éditions Orbit en 2013, 333 pages.
Couverture : Laurent Panepinto – Iceberg – Pixie vision Productions – Donna Ricci

Dans ma bibliothèque – Première lecture
Ma note : – très bon

 

Résumé : Lady Maccon est en pleine béatitude domestique. Une béatitude à peine troublée par la fréquentation de quelques loups-garous de la haute société et celle du second placard préféré d’un vampire, sans oublier un bambin précoce ayant des dispositions incontrôlables au surnaturel… Mais Alexia vient de recevoir un ordre qu’elle ne peut ignorer. Avec mari, enfant et famille Tunstell au complet, elle embarque à bord d’un bateau à vapeur pour traverser la Méditerranée. Direction l’Egypte, une terre qui pourrait bien tenir en échec l’indomptable Alexia. Que lui veut la Reine vampire de la ruche d’Alexandrie ? Pourquoi un ancien fléau s’abat-il de nouveau sur le pays ? Et comment diable Ivy est-elle devenue du jour au lendemain l’actrice la plus populaire de tout l’Empire britannique ?

 

« ‘Je n’ai rien dit de tel’, grommela lord Maccon en se laissant de mauvaise grâce saucissonner dans un habit de soirée neuf. »

 

* Mon avis *

Dans ce dernier tome, on retrouve le même univers de fantasy urbaine mâtiné de steampunk que dans les 4 tomes précédents, là où nous avions laissé Lady et Lord Maccon. Une des miettes de pain semée lors d’un des tomes précédents est ramassée et nous embarquons pour l’Egypte afin de découvrir qui ose sommer Alexia de faire quelque chose. Le voyage est toute une histoire à lui seul, une vraie pièce de théâtre :3

On voit évoluer les personnages principaux, Conall et Alexia en parents, Lord Akeldama en père adoptif et bien sûr on découvre la jeune Prudence, petit anticyclone qui en fait voir de toutes les couleurs à ses (trois) parents et leurs acolytes. Ivy tire le gros lot niveau évolution, et je trouve que ce qui lui arrive lui va bien. Lyall et Biffy ne sont pas en reste, bref personne n’est donc oublié.

Ce tome clôt magnifiquement la série, avec un ou deux rebondissements notables (mais spoil donc bon, faut plutôt lire ce tome) mais surtout des réponses à toutes les questions ouvertes dans les tomes précédents. L’alternance du récit entre le voyage des Maccon en Egypte et ce qu’il se passe à Londres permet de tout régler. Par contre, l’auteur s’est plus ingéniée à donner une fin satisfaisante à tous les personnages, et donc les petites scènes humoristiques sont moins nombreuses, même si il reste des scènes bien piquantes tout de même.

Bref, cette série du Protectorat de l’ombrelle fut un vrai plaisir à lire et je suis bien triste de quitter cet univers. C’est très léger et je n’en ferais pas un chef d’oeuvre, mais cette pentalogie possède quand même de bons atouts (ses personnages !) pour qui veut lire de la bonne fantasy urbaine au goût fumé de steampunk et pleine d’humour. Et elle a le mérite de ne pas être à rallonge et d’apporter un maximum de réponses.

 

* Blabla supplémentaire *

D’autre avis chez AcrO, Phooka, Snow, Mortuum.

Lecture entrant dans le cadre des challenges :

challenge-summer-short-stories

challenge-vapeur-et-feuilles-de-thc3a9-small

100255191

_Fin

 

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Vert dit :

    On devrait avoir une suite bientôt (enfin en VO elle est déjà sortie je crois) !

  2. Acr0 dit :

    Ah oui, cette chouette série repose vraiment sur ses personnages ! Sacré univers, je suis bien contente de ma balade littéraire :)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :