[Roman #64] 2001, l’odyssée de l’espace – Arthur C. Clarke (1968)

* Présentation *

Je connaissais le Film de Kubrik, que j’avais bien aimé sans plus. Et j’ai vu qu’il était dans la bibliothèque de mon beau-père, qui a bien voulu me le prêter. Ce roman à donc traîné au moins un an dans ma bibliothèque avant que je ne me décide à l’en sortir pour le challenge Summer star wars de Lhisbei (et vous voyez que pour les chroniques à temps, je repasserai).

  

2001 L’odyssée de l’espaceA space odyssey
Série Les odyssées de l’espace, terminée, 4 tomes.
Auteur : Arthur C. Clarke – Traduction : Michel Demuth
Couverture : Vloo
Éditions France Loisirs – 1983, 307 pages.

Emprunt à beau-papa – Première lecture
Ma note : – très bon

   

Résumé : Au début du XXIè sicèle, un vaisseau spatial est envoyé en mission ultra-secrète pour identifier la source de radiation extraordinairement puissante localisée du côté d’un satellite de Saturne. Un phénoménal ordinateur contrôle tout le vol. Alors commence une fantastique aventure remontant jusqu’au origines et au mystère de la vie.

    

« La sécheresse durait maintenant depuis dix millions d’années et le règne des terribles lézards avaient depuis longtemps pris fin. »

      

* Mon avis *

Suite à une vision récente de ce film, je peux déjà vous dire que le roman suit plus ou moins le même scénario. De ce que j’ai compris, ils ont tous les deux été écrit en même temps (même si personnellement, je ne me souvenais absolument pas d’une histoire de voyage vers la Lune au début du film avant de l’avoir revu), mais il y a eu divergence entre Clarke et Kubrik quand au développement de l’intrigue.

J’ai lu ce roman tout de suite après La guerre du feu, et je ne me suis pas du tout sentie dépaysée :3 En effet, le roman s’articule en 6 parties dont la première se passe avec les hommes pré-historiques. Clarke à la même vision que Ronsy à propos de la perception du temps de ces hommes (ils n’en ont pas :P). Nous faisons ensuite un bon dans le temps pour les autres parties, Clarke nous projetant dans un futur pas trop lointain avec la conquête spatiale, pour terminer, dans la 6è partie, aux portes du futur de la Terre.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture car l’écriture de Clarke est précise tout en restant fluide.  Même si à un certain moment de la lecture je me suis tout de même sentie dans le flou (dans la dernière partie), la fin du roman est très explicite et à mon avis plus compréhensible que le film. On y retrouve donc les même personnages, dont HAL/Carl, l’ordinateur de bord qui fait froid dans le dos. Mais je trouve que l’on comprend bien mieux les agissements de Carl, ce qui va le pousser à agir comme il le fait. Il y a un peu plus de détail sur ses états d’âme.

Le monolithe du début du film a beaucoup plus d’importance dans le roman. En fait, il fait le lien entre les 6 parties du roman et est à mon avis un « personnage » à part entière. On n’en sait pas forcément plus sur lui (d’où vient-il ? que veut-il ?), mais on apprend plusieurs de ses utilités.

Avec ce roman puissant et envoûtant, on a ici les explications que n’a pas souhaité nous donner Kubrik dans le film. Cela surtout pour la dernière partie du film qui correspond aux parties 5 et 6. Clarke a une écriture nous transportant dans l’espace d’une façon très excitante je trouve. J’ai vraiment pris un grand plaisir à suivre Bowman dans son voyage. J’ai finalement clairement préféré le roman au film, mais ce n’est que mon ressenti personnel (j’en connais au moins un qui préfère le film, n’est-ce pas Nebal).

J’ai appris qu’à l’origine, tout est partie d’une nouvelle, Sentinelle, écrite en 1948. Et j’avoue n’avoir pas eu beaucoup de souvenir du film mis à part l’introduction du monolithe et l’œil rouge de Carl avant de l’avoir revu. Pour conclure, la lecture de ce roman m’a donné bien envie de continuer mon exploration spatiale Clarkienne.

       

* Blabla supplémentaire *

Les avis de Xap’, Lorhkan, Cachou.

Chronique participant aux challenges : (oui, même si c’est fini je mets le Summer Star Wars II, parce que le livre a été lu dans ce cadre)(et je fais ce que je veux)(prout) (et ce n’est pas un emprunt bibli pour Morwenna’s List, mais c’est un emprunt quand même hein !)

87353076.to_resize_150x3000 Morwenna Jo Walton challenge

91620914_o

Challenge ABC 2014 copie

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Escrocgriffe dit :

    « ils ont tous les deux été écrit en même temps »

    C’est vraiment pas quelque chose de courant, pour ma part je trouve ce procédé créatif fascinant : au final on a deux variations d’une même histoire !

    • J.a.e_Lou dit :

      Oui, et en fait ils ont divergé parce qu’il n’était pas d’accord sur comment présenter la dernière partie (nébuleuse ou plutôt claire)

  2. Xapur dit :

    Merci pour la mention !
    La version Omnibus revient bien sur le tournage du film, et l’écriture du livre, et présente également « l’ancêtre » du monolithe avec le récit « la Sentinelle ». Intéressant.
    Par contre, tu peux lire 2010 mais je te déconseille les suites (2061 et 3001), bien plus faibles…

    • J.a.e_Lou dit :

      Je n’ai que 2010 dans la PAL (autre emprunt au beau-papa). Mais je pense plus à Icare et Ramna :3

      (et je te cite tout le temps hein, si tu as écrit la chronique avant moi ;) )

      • Doris dit :

        Rmna 1/2 ? xD Rama plutôt, qui est d’ailleurs excellentissime (les suites le sont moins).
        J’ai lu jusqu’à 2061, pas lu 3001. C’est vrai que ça part un peu dans tous les sens, à la fin… et je n’en ai d’ailleurs pas retenu grand chose. Faut dire que j’ai lu tout ça quand j’avais 16-17 ans.
        Et là, je prends un coup de vieux phénoménal.

  3. Lorhkan dit :

    Avec 2001, Les enfants d’Icare et Rama, tu tiens le même trio que moi, trio que j’ai adoré, avec une préférence pour Rama. Mais ce sont trois excellents romans, pas de raisons d’être déçue !
    Merci aussi pour le lien ! ;)

  4. Lupa dit :

    Je ne me souviens plus du film, et avant de le revoir, j’ai bien envie de lire le roman !
    Merci J.a.e_Lou, grâce à toi et ta chronique, je vais franchir le pas :)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :