« Musique : naissance de l'opéra au XVIIe siècleMusique religieuse à la Renaissance »

02/08/2020

Musique profane à la Renaissance

  10:00:00, par Jac Lou   , 822 mots  
Catégories: Musique

  La Renaissance est, comme fut déjà en partie le Moyen-âge, un moment où la musique profane prend de l'importance et commence à acquérir de la considération dans les cours royales ou princières. La musique religieuse peut m'émouvoir pendant quelques temps, mais je préfère finalement l'émotion que me procurent les danceries qu'elles soient hautes ou basses [📃]. Bien sûr, la renommée des musiciens se fait toujours à partir de leurs oeuvres écrites pour l'église, mais les chansons et autres madrigaux ainsi que les oeuvres purement instrumentales prennent peu à peu une part croissante dans la production musicale des mêmes auteurs. C'est peut-être ce qu'il faut retenir de cette page de mon cahier d'Histoire de la Musique sur la musique profane à la Renaissance. Le texte est augmenté par des liens vers les auditions des oeuvres et vers la biographie des auteurs cités dans le texte : les noms des auteurs mènent sur Wikipédia et les titres des oeuvres conduisent sur Youtube (*). Pour voir la liste des chapitres précédents : clic.

-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-

Musique vocale

  La musique vocale est représentée essentiellement par trois formes.

1. La chanson polyphonique ou "chanson française"

[📃] [📃]  la fome vocale polyphonique - généralement à 4 voix mixtes - se propose l'évocation musicale de scènes pittoresques souvent à caractère historique. Elle est caractérisée par la science polyphonique et par de nombreuses onomatopées ou des imitations de bruits. Sa préoccupation est essentiellement descriptive. C'est par exemple la "musique à programme" de Clément Janequin qui a écrit, entre autres, "La guerre", "Le chant des oiseaux" (♫), "La chasse" (♫), "Les cris de Paris" (♫), "Le caquet des femmes" (♫), etc.

Audition : "La guerre" ou "Bataille de Marignan" de Clément Janequin.

Audition : Chansons de la Renaissance par la chorale des élèves instituteurs et institutrices de Seine et Oise (1963).

2. Les vers mesurés à l'antique

  Ce sont des essais de collaboration entre poètes et musiciens afin de créer sur des vers français une déclamation musicale inspirée de celle des grecs : le rythme musicale est directement imposé par celui des vers, d'où, pour notre oreille moderne, une impression de grande liberté rythmique avec de fréquents changements de mesure.

Audition : "Voici le vert et beau mai" de Jacques Mauduit et Jean-Antoine de Baïf.

Les principaux représentants sont :
- pour les poètes : Jean-Antoine de Baïf et Pierre de Ronsard
- pour les musiciens : Jacques Mauduit et Claude Le Jeune.
Le style est harmonique.

3. Le madrigal [📃]

c'est un choeur polyphonique de 3 à 6 voix d'origine italienne dont le souci est essentiellement expressif. Par des procédés simples, il cherche à traduire musicalement le sens des mots du texte.

Audition : "Mon coeur en vous regardant" de Claudio Monteverdi (quatrième livre de madrigaux).

Musique instrumentale

  Si la musique vocale reste prépondérante sous la Renaissance, la musique instrumentale tend néanmoins, et en particulier sous l'influence du développement de l'imprimerie musicale (notamment grâce à Pierre Attaingnant, pour la France), à prendre de l'importance et à acquérir, pour la première fois, une certaine indépendance.

La musique instrumentale comprend toujours :

1. Les danseries

Ce sont des musiques pour danser telles que la Pavane, la Gaillarde et les Bransles (ou Branles) régionaux de caractère plus populaires.
Deux compositeurs sont célèbres : Claude Gervaise et Étienne du Tertre.
À la fin du XVIème siècle, des danseries lentes et vives sont assemblées pour le concert sous forme de suites de danses qui donneront naissance au siècle suivant à la suite instrumentale proprement dite.

Audition : Pavane, Gaillarde et un Bransle d'Étienne du Tertre.

Audition : Bransle simple, Bransle de Champagne puis Bransle du Poitou de Claude Gervaise.

2. Les transcriptions

ce sont des euvres vocales transcrites partiellement ou totalement pour les instruments. À la fin du XVIe siècle, on "réduit en tablature de luth" les chansons polyphoniques.

Audition : pièce de luth du XVIe siècle

3. Les instruments

Les instruments sont toujours ceux du Moye-âge, plus ou moins perfectionnés. Mais de nouveaux instruments sont créés
- le violon qui est dérivé de la vièle à archet. Au siècle suivant les grands luthiers seront Amati, Stradivari et Guarneri
- le clavecin dérivé de l'épinette (ou du "virginal" en angleterre et dans les pays germaniques)
- l'orgue d'église évolution de l'orgue de table et de l'orgue portatif.

4. Les instrumentistes

  À la cour, les exécutants sont répartis en deux groupes : les musiciens de chambre et les musiciens de l'écurie [📃]. Ils seront ensuite unifiés dans les "violons ordinaires de la chambre du Roi" [📃].


nota : les textes ou auditions en violet ne figuraient pas dans mon cahier

 

NB ce billet reprend un cours de notre professeur de musique à l'École normale d'instituteurs de Versailles, Roger Blin (1921-2017).

-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-

L'original aux feuilles jaunies par le temps (4 pages)

 
 

Retour en haut de page -clic-

(re)Voir l'orchestre symphonique : introduction et description des instruments
(re)Voir le Poème symphonique
(re)Voir la forme Suite
(re)Voir la forme Sonate
(re)Voir la Symphonie
(re)Voir le Concerto
(re)Voir Musique vocale religieuse au Moyen-âge
(re)Voir l'Ars nova au Moyen-âge
(re)Voir Naissance du théâtre au Moyen-âge
(re)Voir Musique profane au Moyen-âge
(re)Voir Musique religieuse à la Renaissance
À suivre... Naissance de l'opéra au XVIIe siècle

Mots-clés: ,
 Permalien3 commentaires » Partagez » Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+

3 commentaires

Commentaire de: Jacques Laschet [Visiteur]  
Jacques Laschet

Merci, Jacques pour cette initiation à la musique profane…

Intrigué, j’ai voulu écouter “le caquet des femmes” de Janequin, mais je suis tombé sur une vidéo supprimée, alors que ses oiseaux chantent toujours. Qui leur a rabattu le caquet ? A moins que ce soit la police des mœurs de YouTube qui aurait jugé ce titre offensant pour la gent féminine ?

C’est en tout cas une époque faste, voire inspirante pour les facteurs et luthiers.

04/08/2020 @ 12:53
Commentaire de: [Membre]

En réponse à Jacques Laschet qui disait “j’ai voulu écouter “le caquet des femmes” de Janequin, mais je suis tombé sur une vidéo supprimée".
Bonjour, j’ai vérifié et, en tout cas depuis chez moi, on peut écouter ce morceau…
amicalement.

04/08/2020 @ 14:51
Commentaire de: [Membre]

Bonjour, à propos de la “chanson française” de la Renaissance, comment ai-je pu oublier de mettre un lien vers l’enregistrement effectué en 1963 par la chorale mixte des élèves institutrices et instituteurs des écoles normales de Saint-Germain-en-Laye et de Versailles ? Je répare cet oubli regrettable : suivez le lien ci-dessous (ou rendez-vous en haut de la page où s’affiche ce commentaire ..)

http://le-fataliste.fr/blabla/lejacques.php/musique-profane-a-la-renaissance#jlpoly

05/08/2020 @ 17:03


Formulaire en cours de chargement...