« Le cousin Louis Louvel, né à ErnesLa patrouille de France à Amiens-Glisy »

1 commentaire

Commentaire de: Shu-Yun CHENG [Visiteur]
Shu-Yun CHENG

Rien qu’aux mots on sents le frais de la saison et le parfum des bulles de champagne. A l’epoque on sentait surement les memes choses mais avec un romantisme tout autre…pour ne pas dire la tristesse. Ou doit-on le dire, tout evoquait la tristesse.

26/09/2014 @ 18:06


Formulaire en cours de chargement...