« Les racines grecques des mots françaisProtéger son site des spammeurs »

15/06/2011

Les virus informatiques et l'Internet

  15:23:00, par Jac Lou   , 6664 mots  
Catégories: Atelier

Permis de naviguer

Après ce qu'il ne faut pas faire, voici quelques règles élémentaires pour sauver son travail et celui des autres  (on doit considérer comme 'criminel' le fait de ne pas se protéger quand on est dans un environnement réseau):

  1. ne pas considérer que votre ordinateur est à coup sûr exempt de virus ; certaines de ces engeances ont la fâcheuse habitude de rester coites quelques temps.
  2. installer un logiciel anti-virus. Le choix d'un logiciel, c'est comme le choix entre PC et MAC, c'est très subjectif (personnellement j'utilise VirusScan de Mac Afee, mais l'AntiVirus de Norton ou celui de DataFellows sont sûrement très bons aussi). La plupart de ces logiciels offrent une option de détection automatique (les anglois disent volontiers " virus shield " c'est à dire bouclier anti virus). Cette option correspond à une sorte de vaccination mise en jeu selon deux techniques principales. Une technique efficace consiste à répertorier les virus et à les reconnaître par une sorte de signature. Cela ne vaut évidemment que si on tient strictement à jour la liste des virus connus. Une autre technique consiste à repérer le comportement de type viral et à s'y opposer. Dans ce cas on peut s'attendre à de fausses alertes déplaisantes, inutilement inquiétantes et perturbantes. Mais cette solution est la plus sûre contre l'insouciance (pas la vôtre, celle de votre entourage, bien sûr !). La détection automatique est aussi efficace dans le cas des transmissions par tous types de réseaux mais il convient de s'intéresser aux extensions Internet des anti-virus standards. Dans le cas où l'on ne veut pas de cet automate, il faut impérativement se plier à une discipline stricte de contrôle systématique des fichiers entrants. Enfin, les virus sont un univers en expansion continue et il convient d'effectuer une mise à jour régulière de son anti-virus préféré. En mars 1998, un anti-virus efficace coûtait entre 250 et un peu plus de 1000F (40-150 Euros).
  3. former et informer les nouveau venus (amis, visiteurs...) aux bonnes pratiques.
  4. réduire au maximum l'usage des disquettes et autres medias amovibles (interdire le démarrage prioritaire à partir des disquettes dans le BIOS).
  5. Dans tous les cas, sauf celui d'autogreffe d'un programme, tester la disquette servant à un transfert avec un anti-virus. Je réponds OUI à la question " même si elle provient d'un ordinateur de mon fils ou de ma fille ? " dans la mesure où vous n'êtes pas maître de ce qui a pu se passer sur l'autre machine (le cas général). Le contrôle des disquettes étrangères, c'est comme le préservatif, il n'y a pas à avoir la honte.
  6. activer les options de sécurité dans votre Navigateur Internet.
  7. ne pas ouvrir directement un fichier reçu " en attaché ", qu'il soit un exécutable, un texte au format word voire même un apparemment anodin fichier image ou texte brut. Sauf si vous avez une protection permanente, il faut d'abord le sauver dans un dossier (répertoire) puis le tester avec un anti-virus et enfin seulement le lire ou l'exécuter.
  8. ne pas croire qu'un fichier reçu d'un ami à qui vous faite entière confiance est forcément exempt de virus. S'il a fait comme vous vous apprêtez à faire et retransmis le fichier dès réception, ce n'est pas quelq'un de sûr.
  9. évitez tant que vous le pourrez les nouveaux gestionnaires de courrier électronique qui autorisent les messages en HTML (ou désactivez cette option si c'est possible). Cette recommandation est surtout valable si vous n'avez pas de protection anti-virale permanente.
  10. ne pas agir précipitament lors de la réception d'une prétendue alerte au virus. En faisant suivre ou en transférant un message d'alerte, réalisez que vous pouvez être tout simplement en train de transmettre un virus. Commencez par vous demander si vous ne vous êtes pas déjà fait avoir par le passé par une alerte identique. Puis allez donc rendre visite aux sites officiels des "grands" de l'antivirus: les vraies alertes y sont détaillées. C'est seulement après cette vérification et si vous avez une certitude quant à la réalité du danger que vous pouvez éventuellement répercuter à votre tour l'alerte à vos amis et relations. En cas de fausse alerte, le mieux est de NE RIEN FAIRE: c'est à dire ne pas transmettre non plus le démenti.
  11. ne m'envoyez pas ce que vous venez de recevoir sans le tester.
  12. appliquer la règle des 3 " p " : prudence, prudence, prudence.
  13. Si vous n'êtes pas à l'aise avec ces règles, faites-vous aider.

Page précédente Retour au sommaire Page suivante

Pages: 1· 2· 3· 4· 5· 6· 7· 8· 9· 10· 11· 12· 13· · 15· · 17

 PermalienLaisser un commentaire » Partagez » Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+

Aucun commentaire pour le moment


Formulaire en cours de chargement...