« MSX les consoles de jeu des années 1980La photographie panoramique facile »

05/05/2012

Observer éclipses, taches solaires et Vénus

  00:30:00, par Jac Lou   , 3212 mots  
Catégories: Atelier

Utilisation d'un appareil photo muni d'un zoom puissant. Si l'appareil est un reflex et s'il n'est pas muni d'un filtre solaire d'astronomie, il est interdit de regarder dans la visée sous peine de faire courir un risque sérieux à votre oeil. Si l'appareil est un bridge ou un compact, la visée se faisant obligatoirement à l'aide de l'écran, il n'y a pas de risque pour les yeux... mais dans ce cas le risque est pour le capteur qui n'est pas protégé par un rideau ou un miroir comme dans les reflex et qui peut être sérieusement endommagé par la focalisation de l'énergie solaire.

Dans tous les cas, comme je le souligne à propos des monoculaires ou des jumelles (voir plus loin), l'exposition prolongée au soleil direct peut provoquer un décollement des lentilles à cause de l'échauffement.

Toutes les restrictions que j'ai énoncées ne s'appliquent pas au cours des quelques minutes qui suivent le lever du Soleil, quand il n'est qu'un disque rougeâtre peu lumineux. Mais ne pas prolonger l'observation directe même dans ces conditions.

La solution pour prévenir tous les risques est de se procurer un filtre solaire chez un fournisseur d'accessoires pour l'astronomie et de l'installer devant l'objectif. Un filtre solaire est un filtre "gris" (donc qui filtre toutes les longueurs d'ondes de la lumière) dont le coefficient est suffisamment élevé (de l'ordre de 10^5 soit cent mille fois) pour l'objectif et le capteur auquel il faut ajouter un filtre d'oculaire qui ajoute un facteur 10 pour la visée (appareils reflex). On atteint ainsi au total dans le viseur une atténuation de un million de fois. Voir un exemple de fournisseur de filtre (clic).

Le zoom sera de préférence supérieur à 12x ou au moins 400 mm en équivalent 24x36, ce qui nécessite l'utilisation d'un pied photo pour assurer la stabilité de la prise de vue. Il me semble inutile d'essayer d'avoir le Soleil "plein cadre". En effet il se déplace assez rapidement dans le ciel. En fait ce déplacement résulte de la rotation de la terre, soit 1 degré toutes les 4 minutes. Or un objectif équivalent à 400 mm a un champ d'environ 5 degré dans la largeur. Si vous centrez le Soleil plein cadre, il sera sorti de l'image après seulement une dizaine de minutes... On voit que sans l'aide d'un accessoire de poursuite, comme une coûteuse monture équatoriale motorisée, il ne sera pas facile de le maintenir dans le champ de visée. En donnant au Soleil une taille qui ne dépasse pas le tiers de la largeur du champ, on pourra s'affranchir pour quelques temps du problème lié à son déplacement. De toutes façons, le capteur comportant généralement entre 12 et 18 millions de pixels pour les appareils de 2012, cela permet de recadrer l'image (resserrer sur le sujet principal) tout en conservant une résolution acceptable pour l'image finale.

Lire la suite page 5 ...

Pages: 1· 2· · 4· · 6· 7

 PermalienLaisser un commentaire »Envoyer un trackaback » Partagez » Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+

Adresse de trackback pour ce post

Trackback URL (clic droit et copier le raccourci / l'adresse du lien)

Aucun commentaire pour le moment


Formulaire en cours de chargement...