Tag: "traduction"

Les journalistes ne savent pas lire

Le 28 Mars 2012 by Jac Lou2 retours » • Partagez » Partagez cet article sur Facebook

Les journalistes ne savent pas lire ... les langues étrangères, et nous non plus ! J'ai récemment (voir le date de l'article) entendu à la télé une pub qui faisait la promotion d'un film dont l'acteur principal est ...

émir koustourika (sic)

J'ai bien écrit "entendu", parce que je ne regardais pas; la télé c'est souvent de la radio avec des images, ces images étant le plus souvent tirées des archives et n'ayant donc qu'une valeur d'illustration. J'ai retranscrit ci-dessus ce que j'ai entendu y compris les incohérences qui m'agacent depuis longtemps et que je vais souligner maintenant. Il semblerait que nous, français, ayons un problème avec la façon dont nous transcrivons les noms d'origine étrangère dans nos journaux. Qu'est-ce qui conduit nos journalistes à reprendre des écrits qui ne pourront pas être lus correctement par le lecteur français moyen ? Dans la presse française ou anglo-saxone le nom du personnage que je cite plus haut s'écrit Emir Kusturica, ce que je lis Eumir Küstürika, pas vous ? (les trémas sur les "u" sont pour souligner qu'il faut les prononcer à la française). Je ne suis pas surpris que la personne anonyme à la jolie voix qui disait le texte de la pub ait pu lire "émir" plutôt que "eumir", car on est habitué à ne pas voir d'accent sur les "E" majuscules à cause de nos clavier qui n'offrent pas ce caractère accentué. Je suis en revanche étonné qu'elle ait pu lire "koustou...". Sans doute s'agit-il d'une prononciation "à l'anglaise". Il se trouve qu'il y a dans ce cas convergence entre l'anglais et les langues est-européennes où, en effet, le "u" se prononce bien "ou". L'américanophilie ou l'anglomanie - au choix - aide donc, dans ce cas, à la bonne prononciation.

Mais l'erreur de prononciation la plus grave est encore ailleurs, et là les anglo-américains ne font pas mieux que nous. Le nom écrit dans nos journaux ou sur nos écrans se termine par "rica", reprenant ce qui est écrit en serbe avec alpahabet de type latin. C'est là que se situe le piège, car l'alphabet serbe ne fait que ressembler au nôtre tout en étant différent. Le "c" se lit "ts" et non pas "k". On doit donc dire tructruc-ritsa (ne surtout pas lire "trouctrouc..." s'il vous plaît :) et au total, le nom aurait dû être traduit par

Émir Koustouritsa

pour que nous, français, puissions le lire et le dire correctement (je vous épargne la prononciation du "r" roulé). Qu'on ne m'oppose pas que "Emir Kusturica" respecte mieux le nom de la personne dans sa langue. Cette façon d'écrire est déjà une traduction dans un alphabet basé sur les caractères de type latins de l'écriture cyrillique :

Емир Кустурица.

Les Serbes, les Slovènes, les Tchèques, les Slovaques, les Polonais ont finalement adopté un alphabet de type latin, mais en l'adaptant à leurs langues et les lettres ne se prononcent pas forcément comme les nôtres. On a déjà vu que le "u" se prononce "ou", comme d'ailleurs en anglais, on l'a déjà dit; les c se prononcent "ts" ou "tch", selon l'accentuation. Il serait bon de traduire les noms dans notre langue en respectant notre façon de lire. Cela ne choque personne de traduire en français les noms dans les langues qui ont un alphabet radicalement différent. Sauriez vous lire et reconnaître ces personnages célèbres dont le nom est écrit avec l'alphabet de leur langue :

Μελίνα Μερκούρη (en grec)
جمال عبد الناصر (en arabe)
גולדה מאיר (en hébreu)
孔子 (en chinois simplifié)
Юрий Алексеевич Гагарин (en russe)

(attention, certaines langues se lisent de droite à gauche ! :). Impossible de (mal) lire ceci "à la française". Il ne viendrait à aucun journaliste sensé l'idée d'écrire le nom des personnages en question en repectant l'écriture originale. Dans la presse française, les noms ci-dessus sont obligatoirement traduits de façon à être lus par les français. En revanche, les mêmes journalistes n'hésitent pas à reprendre directement sans traduction les noms écrits avec les alphabets serbe, tchèque, polonais, etc. qui pourtant diffèrent du nôtre. Il me semble que la démonstration est concluante, non ? Puisque le serbe et les langues d'Europe de l'est n'utilisent pas un alphabet strictement équivalent au nôtre, il convient donc de les inclure dans la liste des langues pour lesquelles il faut obligatoirement traduire les noms.

Malheureusement, prépondérance de l'anglais oblige, ou paresse et ignorance des "journalistes" français (oui, j'ai mis des guillemets, pourquoi ?), nous adoptons le plus souvent les traductions américaines ou anglaises, ce qui conduit à une mauvaise adaptation au français, comme le cas des "u" le démontre. Finalement les langues de l'Est-Europe posent un problème avec les "c", les "s", et d'autres lettres encore, qui perdent leurs accentuations dans les traductions, ce qui change totalement leur prononciation. Mais on devrait pouvoir trouver des problèmes similaires en portugais, en espagnol, en suédois, etc. Allez, un dernier exemple pour bien comprendre. Qui est ce personnage ?

Lech Wałęsa

Aha ! Vous vous méfiez maintenant, et vous avez sans doute remarqué qu'il y a dans les lettres de ce nom des petits signes supplémentaires (en travers du "l" et sous le "e") qui vont tout changer dans la prononciation si on ne les prend pas en compte... Je vous laisse imaginer la cocasserie des échanges la première fois que j'ai voulu parler avec un polonais de mes connaissances (certains l'appelaient "pépé") du syndicaliste-président polonais Lech Walesa comme on l'écrit stupidement en France et qu'on prononce "Lèche Valéza". J'avais l'impression que je lui parlais d'un martien au nom inconnu. La bonne prononciation est à peu près

Lerh Valwènsa

le "w" se prononçant comme dans wapiti. Ecrire Lech Walesa, c'est comme écrire macon au lieu de maçon, francais au lieu de français ou encore aigue au lieu de aiguë (ou aigüe depuis 1990). Ci-dessus j'ai écrit qu'on devrait dire "à peu près Lerh Valwènsa", car je vous avoue que je n'ai jamais réussi à prononcer correctement le "l" barré polonais (voir la discussion concernant la prononciation de "Wałęsa" dans les réactions en fin d'article).

Résumé : les alphabets des langues d'Europe orientale ou des Balkans ne sont pas les mêmes que le nôtre. Leurs lettres peuvent avoir une prononciation différente qui peut, de plus, être modifiée par des signes (accents par exemple) supplémentaires.

En conclusion, je vais oser une suggestion qui s'adresse à tous ceux qui diffusent de l'information. Arrêtons de croire qu'un alphabet qui est constitué des mêmes caractères principaux que le nôtre est strictement équivalent. Nous français, nous sommes normalement attachés à nos petits signes spéciaux (les signes diacritiques) qui changent la prononciation des lettres qu'ils décorent. Respectons ceux des autres langues et traduisons les par leur équivalent phonétique français !

** Note : Si certains caractères sont remplacés par des carrés vides, vérifiez dans les paramètres de votre navigateur qu'il peut afficher en UTF8