Bientôt une coccinelle !

Bientôt une coccinelle !


Publié le 14/06/2012 18:39
Partagez » Partagez cette photo sur Facebook  Partagez cette photo sur Google+

L'althéa de notre jardin (non visible ici) fait ses jeunes feuilles et aucun bourgeon floral n'est encore visible. Il est régulièrement envahi par des colonies de pucerons qui prolifèrent et grossissent sous la garde des fourmis. La grande Chélidoine, située sous l'althéa, est déjà largement défleurie et ses siliques (ses fruits) sont encore vertes. Le Physalis arkékenge qui s'insinue partout, et notamment entre les feuille de Chélidoine, est encore en fleurs. Tout comme l'althéa, ces plantes abritent des larves de Coccinelle (C. septempuctata, Coléoptères) à différents stades, dont certaines sont prêtes à la mue imaginale, c'est à dire la mue qui transforme la larve en insecte adulte (ou imago). Les larves effectuent des razzias dans les troupeaux de pucerons, au grand dam des fourmis impuissantes devant ces "monstres" voraces.

La larve photographiée possède déjà l'organisation typique des insectes. On reconnaît une tête, un thorax composé de trois segments, chacun portant ventralement une paire de pattes, et un abdomen. L'insecte adulte aura en plus deux paires d'ailes dorsales.

Mue de coccinelle sur feuille de Physalis (P. alkékengi, Solanacées).

Notre jardin présente, au moins en ce qui concerne les pucerons, fourmis et coccinelles, un exemple d'équilibre des populations non perturbé par des traitements à l'aide de poisons de synthèse. Quand les althéas seront fleuris, les abeilles et autres bourdons ne seront pas en danger. Préservons notre environnement et notre santé en évitant autant que possible l'usage des pesticides - j'utilise à dessein ce mot que les fabricants ont décidé de remplacer par "phyto-sanitaires" pour essayer de faire oublier leur dangerosité.

Prise de vue avec Panasonic Lumix TZ30 en mode Macro-Zoom.

Aucun commentaire pour le moment


Formulaire en cours de chargement...