Tag: "école normale"

Musique : Robert Schumann (1810-1856)

Le 22 Nov 2020 par LouJac Réagir (1) » Partage » Partagez cet article sur Facebook

  Nous avons entammé l’exploration du dix-neuvième siècle musical en français grâce à Berlioz, mais on ne peut pas réduire l’Histoire de la musique à un seul pays. Je réalise la difficulté pour le professeur dont je reprends le cours, à faire un choix parmi les milliers de musiciens (*) et à proposer l’étude de ceux dont la contribution paraît fondamentale. Le caractère “incontournable” ou pas d’un musicien n’est qu’un point de vue qui peut changer avec les individus et les époques. Les liens vers les auditions des oeuvres et vers la biographie des auteurs cités, qui viennent compléter et augmenter le texte original de mon cahier d’Histoire de la musique, permettent à mon lectorat (*) de juger par lui-même. Les noms des auteurs mènent sur Wikipédia et les titres des oeuvres conduisent sur Youtube (*). Pour voir la liste des chapitres : clic

-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-

Portrait de Robert Schumann
Robert Schumann en 1839, par Josef Kriehuber (*)

La meilleure critique est celle qui semble faire apparaître l’original. (R. Schumann)

Robert Schumann est né en 1810 à Zwickau, au sud de Leipzig et de Dresde, en Allemagne. Sa musique est caractéristique du romantisme allemand, essentiellement intérieur. C’est une musique des sentiments et des ressorts psychologiques. On peut dire que l’inspiration de Schumann est littéraire. Est-ce parce que son père était libraire ? Dans son enfance, il a beaucoup lu, notamment les poètes comme Byron ou Walter Scott, tous deux traduits et diffusés par son père.

  Schumann est éduqué à la musique pendant ses études. Cependant, après la mort de son père, sa mère l’envoie faire des études de droit à Leipzig. Mais il a des crises de cafard qui alternent avec des périodes d’enthousiasme et d’emportement. C’est après un concert de Paganini qu’il ressent une forte attirance pour la musique. Il a vingt ans. Il prend alors des cours intensifs de piano auprès de Friedrich Wieck. Mais il est très vite atteint d’une paralysie d’un ou plusieurs doigts et ne pourra pas poursuivre une carrière d’interpète. Il se tournera vers la composition et la critique musicale, notamment en créant une revue.

En 1835, Schumann rencontre Felix Mendelssohn avec qui il noue une amitié durable. Après des fiançailles rompues avec une élève de son professeur de piano, il s’éprend de la fille du professeur, Clara Wieck, alors âgée de quinze ans. Clara est une excellente musicienne. Elle a commencé à composer à l’âge de onze ans. Elle interprétera avec virtuosité les oeuvres de Schumann. Mais son père ne veut pas d’une union entre sa fille et Robert Schumann. En 1840 Robert reçoit le titre de docteur de l’université de Iéna pour un mémoire sur la musique dans le drame shakespearien. La même année, son titre est un argument qui fait pencher les juges en leur faveur dans le procès que Clara et lui intentent contre le père de Clara pour obtenir enfin l’autorisation de se marier.

  Pendant une quinzaine d’années, Robert et Clara Schumann écrivent de la musique et Clara l’interprète. Ils ont huit enfants. Mais Robert Schumann connaît des ennuis de santé et des désordres psychologiques qui sont agravés notamment par la mort de son ami Mendelssohn en 1847. En 1854, après une tentative de suicide, il accepte un internement dans un asile à Endenich, près de Bonn. Il y décède en 1856.

Musicien-poète

  Robert Schumann est un musicien-poète qui conçoit le piano comme son unique confident. Il abandonne les formes traditionnelles de musique pour cet instrument. Il écrit de nombreuses pièces de fantaisie, des petites pièces qui ont leur ambiance propre, comme par exemple “Fantaisie“, un cri d’amour pour Clara (1836), et les “scènes d’enfants” (1838) qui sont un retour en profondeur sur l’enfance.

Audition : Scènes denfants (interprète Yves Nat : Gens et pays étrangers, Curieuse histoire, Cache-cache, L’enfant suppliant…).

Audition : Toute l’oeuvre pour piano ♬ de Robert Schumann par Yves Nat

Le lied

  Schumann est véritablement “fait pour” le lied. Il commence à en écrire vers 1840, l’année de son mariage avec Clara qui, elle-même, en a déjà écrit plusieurs (*). Il décrit une explosion de bonheur teinté de mélancolie. Il choisit des textes de poètes allemands (Eichendorff, Heine). Sa conception du lied est la même que celle de Schubert : texte, mélodie avec des phrases souvent courtes, accompagnement au piano souvent très important. Les lieder entrent dans des cycles : L’amour et la vie d’une femme, Les amours du poète

Audition : Dichterliebe (les amours du poète : Au beau mois de mai, Coulent mes larmes, etc)

Musique symphonique

  Entre 1841 et 1853 Schumann compose quatre symphonies dans lesquelles il se montre “esclave” de la tradition classique. Les deux dernières sont écrites ou terminées après 1850 à Düsseldorf où Robert a obtenu un poste de Directeur de la musique et Clara une situation favorable à son activité de concertiste.

Audition : La 3e symphonie, (Symphonie rhénane)


Liens en Complément
• Liste des oeuvres de Robert Schumann clic
• Une (autre) biographie de Robert Schumann clic
• Clara Wieck-Schumann clic et ses oeuvres pour piano clic
• Sur Clara Wieck-Schumann (France-Musique) clic

* Je ne sais pas vous, mais moi j’ai cru discerner quelques similitudes dans les débuts de Schumann et ceux de Berlioz.


nota : les textes ou auditions en violet ne figuraient pas dans mon cahier


NB ce billet reprend un cours de notre professeur de musique à l’École normale d’instituteurs de Versailles, Roger Blin (1921-2017).

-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-

L’original aux feuilles jaunies par le temps (2 pages)


 

Retour en haut de page : clic

Sommaire du Cahier d’Histoire de la musique clic

À suivre… Felix Mendelssohn (1809-1847)