Musique : Jean-Baptiste Lully (1632-1687)

Le 16 Aoû 2020 par Jac Lou Réagir (1) » Partage » Partagez cet article sur Facebook

  Les pages de mon vieux cahier d'Histoire de la Musique nous ont précédemment fait assister à la naissance de l'opéra qui eut lieu essentiellement en Italie. Il est temps de rendre hommage aux précurseurs, pour la France, de cette forme musicale. Comme chaque fois, le texte est augmenté par des liens vers les auditions des oeuvres et vers la biographie des auteurs cités dans le texte : les noms des auteurs mènent sur Wikipédia et les titres des oeuvres conduisent sur Youtube (*). Pour voir la liste des chapitres précédents : clic

-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-

Le contexte en France

  Dans la première moitié du dix-septième siècle, l'opéra connaît une vogue extraordinaire à l'étranger, mais pas en France où le Ballet de Cour reste le divertissement privilégié (*). Mais sous le règne de Mazarin (1643-1661), l'opéra italien arrive en France. Le cardinal invite Luigi Rossi qui écrit un opéra, "Orfeo" [♬], qui connaît en 1647 un succès important et durable.

  À la suite, le poète et librettiste surnommé "l'abbé Perrin" (Pierre Perrin) et le musicien Robert Cambert vont essayer d'écrire "à la manière" italienne. En 1659, ils obtiennent un succès flatteur avec "Pomone" [♬], qui sera considéré comme le premier opéra français. Mazarin leur accorde le privilège de l'Académie d'Opéra, au sein de l'Académie Royale de Musique où ils continuent à écrire des opéras.

Lully

image Paul_Mignard_-_Jean-Baptiste_Lully.jpg.
J. B. Lully par Paul Mignard (*)

  Jean-Baptiste Lully (Giovanni Battista Lulli) [📃] est un florentin. Extrèmement doué en comédie et en danse, il va se faire remarquer par un aristocrate, Roger de Lorraine, chevalier de Guise, qui le ramène en France.

  Il reçoit une excellente éducation et devient un admirable violoniste et danseur. Il est alors remarqué par Louis XIV. Pour plaire au roi, Lully écrit alors de la musique de ballet pour les divertissements royaux.

Audition : "Marche militaire du régiment de Turenne" [♫] et [♬] de Lully.

Audition : "Caroussel pour Monseigneur" [♫] et [♬] de Lully.

• C'est aussi à cette époque que Lully collabore avec Molière.

Audition : Menuet des "Amants magnifiques" [♫] repris par Lully pour "Le bourgeois gentilhomme" [♬] de Molière.

Audition : Marche pour la cérémonie des turcs [♬] de Lully dans "Le bourgeois gentilhomme" de Molière repris par A Corneau pour le film "Tous les matins du monde".

  Courtisan éprouvé, Lully va intriguer pour obtenir le privilège de l'Académie royale de musique. Il réussit à devenir le Grand maître de l'Opéra. Il rencontre Philippe Quinault, auteur déjà connu pour ses pièces de théâtre à succès, qui accepte de lui écrire des livrets d'opéra. Depuis ce moment, Lully écrira une tragédie lyrique ou un opéra par an dont : Cadmus et Hermione, Persée, Thésée, Isis ... et le dernier : Armide.

 

Opéra

L'opéra de Lully est un opéra myhologique. Il comprend obligatoirement cinq actes précédés d'une ouverture. L'ouverture à l'italienne est une pièce en trois parties (vif, lent, vif) qui n'a aucun rapport avec l'opéra qui suit. Lully va créer l'ouverture à la française en deux parties (lent, vif et fugué) - que le public n'écoute pas plus.

Audition : [♫] Ouverture d'Isis et [♬] de Lully.

  Après l'ouverture, le rideau s'ouvrait sur un prologue, c'est à dire un avant-acte chanté et dansé qui devait servir à présenter l'opéra mais qui servait à chanter la gloire du roi - qui n'hésitait pas à y participer.

Audition : [♫] Prologue d'Isis de Lully (extrait du film "Le roi danse" de Gérard Corbiau).

  Les cinq actes de l'opéra ne présentent pas d'éléments nouveaux : ils comportent toujours des récitatifs, des airs, des choeurs, des ensembles, des pièce d'orchestre (proches de symphonies) et des ballets.

  • Airs : ils sont très beaux, parfois un peu froids
  • Ballets : ils coupent souvent l'action
  • Choeurs : ils n'interviennent pas directement dans l'action
  • Décors : ils sont grandioses
  • Orchestre : celui de Lully est beaucoup plus classique. Des groupes d'instruments apparaissent.

Audition : Deux extraits d'Armide : [♫] air de Renaud (acte II sc. 3) puis [♬] Armide (acte II sc. 5) de Lully.

Autres musiciens de l'époque

Georg Friedrich Haendel

Audition : Sonate en Sol m pour flûte à bec et clavecin [♬ alternatif].

Marc Antoine Charpentier

Audition : Messe solennelle (à 8 voix) [♬ alternatif].

Michel Richard De Lalande

Audition : Les fontaines de Versailles [♬ alternatif].

Nicolas Bernier

Audition : Cantate du café.

André Cardinal Destouches

Audition : Les éléments.

Michel Blavet

Audition : Concerto pour flûte en La mineur.

Marin Marais

Audition : Oeuvres pour viole de gambe [📃].


nota : les textes ou auditions en violet ne figuraient pas dans mon cahier


NB ce billet reprend un cours de notre professeur de musique à l'École normale d'instituteurs de Versailles, Roger Blin (1921-2017).

-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-

L'original aux feuilles jaunies par le temps (4 pages)

 
 

Retour en haut de page : clic

(re)Voir l'orchestre symphonique : introduction et description des instruments
(re)Voir le Poème symphonique
(re)Voir la forme Suite
(re)Voir la forme Sonate
(re)Voir la Symphonie
(re)Voir le Concerto
(re)Voir Musique vocale religieuse au Moyen-âge
(re)Voir l'Ars nova au Moyen-âge
(re)Voir Naissance du théâtre au Moyen-âge
(re)Voir Musique profane au Moyen-âge
(re)Voir Musique religieuse à la Renaissance
(re)Voir Musique profane à la Renaissance
(re)Voir Naissance de l'opéra au XVIIe siècle
À suivre... François Couperin (16698-1733)