Musique : Carl Maria von Weber (1786-1826)

Le 1 Nov 2020 par Jac Lou Réagir (1) » Partage » Partagez cet article sur Facebook

  Tout le monde n’est pas forcément séduit par la première audition d’une oeuvre musicale. Soit. Mais j’ai déjà écrit que les aimables personnes qui lisent mes pages ne font pas partie de cette multitude banale. Ce sont des personnes forcément cultivées qui, après avoir lu les informations sur l’auteur et compris son oeuvre, vont avoir envie d’en entendre plus. De l’envie à sa satisfaction, il n’y a plus qu’un clic ! À propos de clics, des liens vers les auditions des oeuvres et vers la biographie des auteurs cités viennent compléter et augmenter le texte original de mon cahier d’Histoire de la musique. Les noms des auteurs mènent sur Wikipédia et les titres des oeuvres conduisent sur Youtube (*). Pour voir la liste des chapitres : clic

-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-

Portrait de Carl Maria von Weber
Carl Maria von Weber, par Caroline Bardua (*)

Carl Maria von Weber est né en 1786 à Eutin, près de Lübeck, en Allemagne du nord. Sa famille appartient au monde des arts. Son père est directeur de théâtre et une cousine plus âgée, Constance Weber, a épousé Mozart. C’est un enfant à la santé délicate qui reçoit une éducation raffinée. Il mène avec sa famille une vie errante, mais il est initié à tous les arts auprès de maîtres excellents.

  Vers l’âge de seize ans, il choisit la musique et devient un virtuose du piano; il a déjà commencé à composer des pièces pour piano (Concert-Stück).

  Entre 1798 et 1816, il voyage beaucoup : Salzbourg, Fribourg-en-Brisgau, Breslau, Karlsruhe, Stuttgart, Mannheim, Darmstadt, Prague, occupant des postes de maître de chapelle, de professeur ou directeur de musique et composant diverses oeuvres orchestrale, des cantates et des lieder, de la musique concertante (notamment pour la clarinette), de la musique de chambre, des opéras…

  Il s’intéresse ensuite à la direction d’orchestres et devient directeur de l’Opéra de Dresde à partir de 1817. C’est là qu’il écrit la célèbre “Invitation à la valse” (ou ‘…à la danse’) puis deux opéras dans le style romantique allemand, considérés comme ses chefs d’oeuvre. Le premier opéra, Le Freischütz, est construit à partir d’une légende allemande et il est créé en 1821 à Berlin. Le second, Euryanthe, construit sur une histoire du Moyen-âge français, est créé en 1823 à Vienne.

  En 1824 il se rend à Londres et commence un nouvel opéra, Oberon, à partir d’oeuvres de Shakespeare. L’opéra est créé en 1826 à Londres, peu de temps avant le décès soudain du compositeur âgé de trente-neuf ans.

Le Freischütz

Audition : Ouverture du Freischütz par l’orchestre philarmonique national de Russie

autres interprétations : par Myung-Whun Chung et par Christoph Eschenbach

  L’ouverture commence par une introduction lente dans un atmosphère dramatique suggérant un paysage forestier, évoqué par le cor, un dessein noir évoqué par la contrebasse.

  Puis vient un Allegro avec le thème du concours et des balles magiques, celui du désespoir de Max avec la clarinette solo, puis le thème d’Agathe évoquant l’espérance, l’espoir, l’amour…

  Enfin une sorte de coupure amène sur une grande coda évoquant l’amour triomphant.

Invitation à la valse

Audition : Invitation à la danse par Perry So - Orchestre philharmonique de Hong Kong

Ou si vous préférez : - une interprétation plus “allemande” par Le Cercle Georges Wagner • ♫ ou encore - une interprétation au piano par William Wellborn • ♬

(transcription en Sol pour la flûte à bec)

Concerto pour clarinette no 1

  Il serait dommage de ne pas citer et écouter un de ses chefs d’oeuvre romantiques pour la clarinette, le concerto no 1 qui comporte trois mouvements : Allegro, Adagio, Rondo (allegretto).

Audition : Concerto pour clarinette no 1 en Fa min op.73

Pour less oreilles insatiables

 deux liens vers les ouvertures des opéras : Euryanthe • ♫ et Oberon • ♬


nota : les textes ou auditions en violet ne figuraient pas dans mon cahier


NB ce billet reprend un cours de notre professeur de musique à l’École normale d’instituteurs de Versailles, Roger Blin (1921-2017).

-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-

L’original aux feuilles jaunies par le temps (2 pages)


 

Retour en haut de page : clic

Sommaire du Cahier d’Histoire de la musique clic

À suivre… Franz Schubert (1797-1828)