Catégories: "Vénus-1882"

Articles : 1 2 4 ...6 ...7 8 9 10 11 12 ... 13

12/04/2012

Acad. - Résultats des mission 1882 Martinique et Floride

  10:00:00, par Jac Lou   , 401 mots  
Catégories: Vénus-1882

[La Nature, 1883 (1) p. 79]

ACADÉMIE DES SCIENCES
Séance du 26 décembre 1882.

Passage de Vénus. — Dès maintenant l'Académie est en possession de bonnes nouvelles provenant de toutes les expéditions, et même M. Tisserant, retour de la Martinique, siège aujourd'hui parmi ses confrères. On sait que cette mission, a été l'une des moins favorisées, le temps ayant été couvert, sauf pour l'observation du second contact. Mais celui-ci a été fait dans des conditions d'excellence exceptionnelles. Trois observateurs ont obtenu rigoureusement les mêmes résultats.

À l'inverse, M. le colonel Perrier a été tout particulièrement favorisé en Floride, et c'est ce que nos lecteurs savent déjà. Mais ce qui résulte du rapport parvenu aujourd'hui même, c'est que M. Perrier a bénéficié d'une chance toute comparable à celle que M. Mouchez a eue à l'île de Saint-Paul. Pendant la fin du mois de novembre, le ciel avait été parfaitement serein, et le mois de décembre commençait sous les meilleurs auspices. Le Signal Service des États-Unis adressait chaque jour l'annonce du temps probable pour le lendemain et l'expérience montra que ces prévisions ont toujours été parfaitement vérifiées. Or, après avoir, le 3 et le 4 décembre, promis le beau temps, la dépêche, le 5, faisait pressentir un changement météorologique, et le ciel, en effet, devenait nuageux. Le 6, à midi, au milieu du passage, la note quotidienne portail : « Le ciel sera particulièrement couvert aujourd'hui en Floride. ». Et en effet l'horizon était de plus en plus menaçant. On conçoit l'anxiété des observateurs. Toutes les observations, comme un sait, se firent, le mieux du monde, mais trois quarts d'heure après le dernier contact, les nuages s'amoncelèrenl, la pluie se mit à tomber et depuis ce moment jusqu'à la date du Rapport, c'est-à-dire durant quatre jours, la tempête ne discontinua pas.

Dans les diverses expéditions on se félicite unanimement du l'emploi des équatoriaux de 6 pouces et de 8 pouces, dans lesquels on n'a aperçu aucune trace de ces illusions procurées par les appareils moins puissants et qui, connues sous le nom de goutte, consistent dans une sorte de pont obscur qui rattache la circonférence du soleil à la circonférence de la planète et s'oppose à toute précision dans l'observation des contacts. Les nations étrangères qui se fondant sur les difficultés des transports, ont tenu à se restreindre à de petits instruments, seront sans doute unanimes pour reconnaître combien noua avons été mieux inspiré qu'elles en cette circonstance.

>> Menu des articles sur le passage de Vénus en 1882 (clic)

Mots-clés:
 PermalienLaisser un commentaire » Partagez » Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+

Articles : 1 2 4 ...6 ...7 8 9 10 11 12 ... 13