« Passage de Vénus en 1874 - Préparatifs anglo-indiensPassage de Vénus en 1874 - Préparations en Angleterre »

25/03/2012

Passage de Vénus en 1874 - Préparatifs français et anglais

  11:35:00, par Jac Lou   , 1080 mots  
Catégories: Vénus-1874

[La Nature, 1874, pp. 87-90]

Chaque station anglaise comprend encore un instrument nommé altazimuth et semblable à un théodolite. Il possède un cercle horizontal pour mesurer la situation du plan vertical de l'astre et un cercle vertical pour mesurer sa hauteur au-dessus de l'horizon. Les astronomes anglais, à cause de leur climat, sont très-attachés à cet appareil qui leur permat de prendre des mesures, même quand le passage méridien a été caché par des brouillards. Cet instrument a l'inconvénient d'exiger de longs calculs de réductiou et deux mesures d'angles. Il est impossible de remédier au premier inconvénient des brumes, mais le second a été tourné très-habilement à l'aide d'une remarque fort simple. Ces instruments sont destinés à prendre des distances lunaires. Or, le mouvement de la lune est loin de varier de la même manière par rapport au zénith dans toutes les régions terrestres.

Lunette des passages de l'expédition anglaise pour le passage de Vénus

Entre les tropiques, le mouvement vertical est le plus rapide, ce sera le seul mesuré à la station de Rodrigue. Le cercle azimuthal y sera hors d'usage.

Au contraire le mouvement de la lune en azimuth est de beaucoup plus rapide dans les régions éloignées de l'équateur. Les observations azimuthales seront donc les seules faites aux îles de Kerguelen et même à la Nouvelle-Zélande.

Nous avons annoncé récemment le départ de M. Bouquet de la Grye, pour l'île Campbell ; les autres astronomes français ne vont pas tarder à partir. En Angleterre tous les astronomes ont maintenant quitté Greenwich, excepté la mission égyptienne. Les officiers qui la composent sont occupés à prendre leur équation personnelle.

Les longitudes de toutes les stations principales du chemin de fer d'Australie seront prises télégraphiquemeni, depuis Falmouth jusqu'à Hobart-Town ; un certain nombre de ces stations seront utilisées pour le passage de Vénus, et seront en correspondance par les fils électriques. Le temps de la transmission sur la voie double a été évalué à 1 seconde 1/3. M. Forbes est parti pour les îles Sandwich.

On a d'abord expérimenté les appareils en produisant artificiellement un passage factice de Vénus. Les observateurs se sont attachés à déterminer le moment ou le ligament noir prend une teinte grise. Le micromètre à deux demi-lentilles de M. Airy permet d'évaluer avec exactitude la longueur de la bande que la planète artificielle occupe sur le bord de ce soleil fictif.

Tous les observateurs du passage de Vénus se sont servis de cette lunette, et regsitre a été tenu de leurs observations, afin de noter les discordances avec la marche de la tache qui se déplace, avec la même vitesse qu'aura la planète sur le disque même du soleil. Le soleil artificiel est unqiuement une glace qui réfléchit les rayons solaires. Cette glace est mise en mouvement par un ouvrier qui guide le reflet du soleil sur le téléscope lui-même. L'instrument est placé sur la terrasse des anémomètres et la lunette sur le toit du cabinet magnétique où sont établis les services de M. Glaisher.

>> Menu des articles sur le passage de Vénus en 1874 (clic)

Pages: · 2

Mots-clés: , ,
 PermalienLaisser un commentaire » Partagez » Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+

Aucun commentaire pour le moment


Formulaire en cours de chargement...