Musique : Jean-Sébastien Bach (1685-1750)

Le 13 Septembre 2020 par Jac Lou Réagir » Partage » Partagez cet article sur Facebook

  Il y a des grands compositeurs de musique. Et puis il y a les géants. Le dix-septième siècle a enfanté plusieurs de ces géants. Jean-Sébastien Bach est l'un d'eux. Donc ne faisons pas que passer le Bach, arrêtons-nous un instant sur sa biographie et écoutons-le si vous voulez bien. Mon cahier d'Histoire de la Musique est vieux de bientôt soixante ans, mais je l'ai rajeuni en le complétant par des liens vers les auditions des oeuvres et vers la biographie des auteurs cités dans le texte : les noms des auteurs mènent sur Wikipédia et les titres des oeuvres conduisent sur Youtube (*). Pour voir la liste des chapitres précédents : clic

-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-

peinture : Bach en 1746
Jean-Sébastien Bach par Elias G Haussmann (*)

  Né en 1685 à Eisenach, en Saxe, Jean-Sébastien Bach est issu d'une famille de musiciens à caractère quelque peu patriarcal. Le grand-père était très écouté et la famille se réunissait autour de lui pour jouer de la musique. Cette tradition remontait à plusieurs générations.

  Jean-Sébastien perdit ses parents alors qu'il était encore très jeune - il n'avait que dix ans - et il fut élevé par son frère Johann Christoph Bach de quatorze ans son aîné. Sous sa tutelle il apprit le violon, le clavecin et l'orgue.

  Jean-Sébastien Bach a eu la passion de copier la musique, goût très particulier qu'il conservera toute sa vie. C'est sur le violon à Weimar qu'il débutera en professionnel. Mais C'est comme organiste qu'il sera insurmonté. Il obtiendra rapidement un poste d'organiste à Arnstadt puis à Mulhausen et ensuite à Weimar où il est à la fois organiste et premier violon de l'orchestre du duc de Saxe-Weimar.

La période de Weimar (1708-1717)

La première période productive dans la carrière de Bach est celle de Weimar, caractérisée par l'écriture d'oeuvres pour l'orgue et notamment de fugues.

La Fugue

  Le mot "fugue" vient de l'italien qui signifie "fuir". C'est donc un motif musical qui 'fuit' derrière son ombre, c'est à dire sa répétition. C'est ce qu'on appelle la technique de l'imitation qui consiste à retrouver le même motif à différentes reprises. Le genre le plus élémentaire est le canon à deux voix. Dans la forme simple du canon la première voix - l'antécédent - et la seconde voix - le conséquent - sont les mêmes, mais il y a en plus un décalage dans le temps. Il peut également y avoir un décalage en hauteur qui vient des techniques vocales du Moyen-âge : le conséquent est à la quarte ou à la quinte.

Audition : Carillon de Vendôme (canon) - version alternative (L. Voulzy)

Audition : Différents canon au piano :

  Le canon peut être compliqué de différentes façons
• canon par augmentation : le conséquent a des valeurs doubles (en plus du décalage dans le temps et en hauteur)
• canon par diminution : le conséquent a des valeurs deux fois plus petites
• canon par mouvement contraire : le sonséquent est le symétrique de l'antécédent (en plus des décalages dans le temps et en hauteur)

Ces procédés appartiennent à la technique qu'on appelle le contrepoint.

  Une fugue se construit sur un seul thème : le Sujet. Elle peut avoir 2 voix ou plus généralement quatre voix. Elle doit être exposée par chaque voix.

• exposition de fugue réelle : la Réponse est éxactement le parallèle du Sujet
• exposition de fugue tonale : la Réponse reste dans le ton et revient sur la tonique.

Audition : exemple d'exposition : "Petite" Fugue en Sol m BWV 578 de J-S Bach
Audition : exemple visuel : "Petite" Fugue en Sol m BWV 578 de J-S Bach

  Après l'exposition, viennent les "épisodes" au cours desquels sont employés les procédés du contrepoint pour le développement. Lorsqu'ils touchent à leur fin, les éléments sont rassemblés dans la Strette. Puis viennent les pédales, notes tenues sur lesquelles les autres voix semblent se mouvoir librement. Enfin, vient la Cadence, succession de trois accords, sous-dominante - dominante - tonique, cadence complète (parfaite) assez rarement employée dans une fugue où l'on préfère la cadence plagale, sous-dominante - tonique. En cours de morceau on trouve parfois d'autres cadences rompues. [📃]

Toccata et fugue en Ré mineur de Bach

Oeuvre vraisemblablement écrite à Leipzig.

Audition : Toccata et fugue en Ré mineur de Jean-Sébastien Bach
Audition : Toccata et fugue en Ré mineur version "visuelle"

  Cette oeuvre comprend donc deux parties : la toccata et la fugue.

  La toccata est à l'origine une pièce musicale improvisée destinée à s'échauffer les doigts. Elle est dans le ton de la fugue qui suit. Par la suite, elle devient une forme musicale définie, mais elle conserve le fait qu'elle est dans le ton de la fugue à laquelle elle est liée. Elle conserve aussi un caractère de liberté qui rappelle l'improvisation et fait contraste avec la fugue. Pour Bach, la toccata rapelle déjà la fugue, donnant à l'oeuvre une grande unité. La fin de la toccata est marquée par une cadence parfaite en Ré mineur. La fugue débute ensuite.

  La fugue est une fugue réelle (cf.supra), la réponse est en Sol mineur. La troisième voix ne vient pas tout de suite, les deux premières continuent seules jusqu'à la coda, ce qui est très courant dans l'exposition des fugues. La même contruction est utilisée après la troisième voix. Ensuite viennent les épisodes puis les pédales. La fin de la fugue est marquée par une cadence rompue, là où devrait se trouver la cadence plagale, qui précède une pièce d'aspect aussi libre que le début. La fin arrive avec une cadence plagale.

La période de Köthen (1717-1722)

  En 1717, le poste de Weimar est donné à un autre musicien et Bach s'en va à Köthen. Il prend alors le poste de directeur de Musique du prince de Köthen. Ce prince est calviniste et les calvinistes ne veulent pas de "grande musique". C'est là, entre 1717 et 1723, que Bach écrira toutes ses grandes oeuvres profanes.
  Durant cette période, il va s'occuper du violon, du clavecin, du violoncelle, de l'orchestre.
 • Pour le clavecin, il perfectionne le jeu de l'instrument. Il crée le clavier moderne (faux mais pratique) : le "clavier bien tempéré". Pour prouver sa qualité, il publie un recueil de préludes et fugues, dans tous les tons majeurs et mineurs, intitulé Le clavier bien tempéré. Il écrit en outre toujours pour le clavecin, une fantaisie chromatique, des suites, un concerto italien, l'Art de la fugue.

Audition : Concerto italien (clavecin) de J-S Bach
Audition : Concerto italien ♬ (piano) par Glen Gould

 • Bach a aussi à sa disposition un orchestre pour lequel il écrit des suites et des concertos d'orchestre. Les six Concertos Brandebourgeois sont écrits dans la forme italienne (concerto grosso). Chaque concerto fait appel à un concertino différent. Ils comportent trois mouvements : allegro, andante, allegro [📃] (le nom original des six concertos était en français : "Six Concerts à plusieurs instruments")

Audition : premier mouvement (allegro) du 2ème concerto brandebougeois en Fa Majeur

Les suites qu'il écrit sont d'inspiration française : les mouvements sont indiqués en français.

Audition : 2ème suite en Si mineur (complète) ou seulement menuet et badinerie ♬

La période de Leipzig (1723-1750)

  Bach obtient le poste de Cantor à Leipzig. il est responsable de la musique dans les établissements (les deux églises principales) de la ville. Il dispose d'une chorale et d'un orgue.

 • Cantate : À la fin du XVIe sècle, on appelait cantate tout ce qui était chanté, ce n'était pas une forme musicale. En revanche au XVIIIe siècle, c'est une forme musicale religieuse qui s'inspire des textes bibliques. Bach en écrit une pour chaque dimanche. Dans la cantate de Bach, un choral occupe le centre et autour on trouve des récitatifs, des airs, des choeurs et des pièces d'orchestre éventuellement avec des solistes. Bach en a composé un très grand nombre.

Audition : Cantate BWV 147 : grand choeur - récitatif de ténor - air d'alto avec hautbois d'amour - choral (il n'est pas de Bach, mais l'interprétation est originale) - air de basse - choral à nouveau qui termine l'oeuvre.

  Bach écrit aussi des cantates profanes : Cantate du café ♫, Cantate du mariage ♬ ...

 • Oratorio : Les cantates nous amènent directement aux oratorios. Cette forme musicale débute au Moyen-âge quand les "passions" sont dramatisées. L'oratorio fait appel à des éléments que l'on trouve aussi bien dans la cantate, l'opéra, le motet... Oratorio de Noël, Oratorio de Pâques , Magnificat , Passion selon saint Jean , Passion selon saint Mathieu .

Audition : Oratorio de Noël 1-3 - 1. Choeur d'entrée (Feria Nativitatis Christi) - 2. Symphonia (Feria 2 Nativitatis Christi) - 3. Choeur (Feria 3 Nativitatis Christi) ** Oratorio de Noël 4-6 4. Choeurs (Festo Circumcisionis Christi) - 5. Choeurs (Domenica post Festum Circumcisionis Christi) - 6. Choeurs (Festo Epiphanias)

Cet oratorio comprend en quelque sorte six cantates.

  Ce chapitre sur Bach est loin d'être exhaustif. Bach a écrit par exemple plus de 300 cantates. Allez vous ébahir sur la page Wikipedia qui fait la Liste des oeuvres de Jean-Sébastien Bach ! J'avoue sans difficulté que Bach est mon musicien préféré. Mais cela ne fait pas de moi un être original, car je ne suis pas le seul à l'apprécier. J'en veux pour preuves les différentes sauces jazz ou autres avec lesquelles il a été cuisiné et dont le goût m'a séduit...

• Les swingle singers - ♫ Aria de la Suite en Ré M BWV 1068 (1963)
• Les swingle singers (docu INA) - ♬ Badinerie de la 2e suite en Si m (1972)
• Le MJQ et les Swingle-Singers : Bach, ♫ Aria de la Suite en Ré M BWV 1068
• Le MJQ et Laurindo Almeida (1964) : ♬ Fugue en La mineur BWV 947
• John Lewis : Bach, ♫ Préludes et Fugues (du Clavier Bien Tempéré)
• Le trio Jacques Loussier - ♬ Toccata et fugue en Ré m (1972) ♫ la fugue
• Bach Jazz - Jean-Christian Michel : ♬ Trio In Do Mineur (Clarinette)
• Le Classical Jazz Quartet play Bach : ♫ Air
• Fantasia de Walt Disney - ♬ Toccata et fugue en Ré m
• Un tour d'horizon de la musique de ♫ Bach au cinéma par Blow up - Arte
• Bach réunit des foules à Leipzig : ♬ Swinging Bach
etc.


nota : les textes ou auditions en violet ne figuraient pas dans mon cahier


NB ce billet reprend un cours de notre professeur de musique à l'École normale d'instituteurs de Versailles, Roger Blin (1921-2017).

-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-♮-♫-♯-♬-♩-♭-♪-

L'original aux feuilles jaunies par le temps (8 pages)

 
 

Retour en haut de page : clic

(re)Voir l'orchestre symphonique : introduction et description des instruments
(re)Voir le Poème symphonique
(re)Voir la forme Suite
(re)Voir la forme Sonate
(re)Voir la Symphonie
(re)Voir le Concerto
(re)Voir Musique vocale religieuse au Moyen-âge
(re)Voir l'Ars nova au Moyen-âge
(re)Voir Naissance du théâtre au Moyen-âge
(re)Voir Musique profane au Moyen-âge
(re)Voir Musique religieuse à la Renaissance
(re)Voir Musique profane à la Renaissance
(re)Voir Naissance de l'opéra au XVIIe siècle
(re)Voir Jean-Baptiste Lully (1632-1687)
(re)Voir François Couperin (1668-1733)
(re)Voir Jean-Philippe Rameau (1683-1764)
(re)Voir L'opéra comique
À suivre... bientôt : "??? surprise"